Archives de catégorie : Non classé

Recherche essaims

2017_04_17_ruche_WebLes Biocoopains apiculteurs Michel et Francis, ont effectué une visite de printemps des deux ruches encore habitées par nos chères abeilles. «BEE» et «IO» vont très bien et étaient particulièrement actives cet après-midi là : l’élément du haut est déjà en cours de remplissage de miel dans les alvéoles visibles par les fenêtres à l’arrière des ruches, l’élément du bas commence à recevoir du miel lui aussi sur la ruche «IO» plus forte que sa consœur!
Ils ont donc placé un troisième élément sous chacune, afin d’aider nos acharnées travailleuses à se développer progressivement sans que leur vienne l’idée de quitter leur habitat pour aller chercher un autre gîte ailleurs.
Michel et Francis recherchent des essaims pour les ruches des Biocoopains.
Contact : 06 24 02 85 28

En avant la transition

MarieMoniqueRobinWeb
Marie Monique Robin (au centre) est venue rencontrer son public à Maule vendredi 21 avril.

Il est à peine 20h30 ce 21 avril 2017 et tous les sièges sont pris dans la salle de projection du cinéma de Maule. Le public arrive encore par petit groupe, certains repartiront faute de place. C’est qu’ils étaient nombreux à vouloir assister à la projection de « Qu’est-ce qu’on attend ? » et surtout au débat avec la réalisatrice Marie-Monique Robin.
Les Biocoopains ont organisé cette manifestation en partenariat avec le Mantois en Transition et Attac 78 pour donner envie d’avoir des idées, de les mettre en œuvre, pour montrer que c’est possible et qu’il n’y a pas à attendre. Le choix de ce documentaire s’est imposé de lui-même. Qui mieux qu’ Ungersheim peut illustrer la transition ?
« Qu’est-ce qu’on attend ? » raconte les multiples initiatives qui permettent à cette petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique. Ungersheim a été décrétée championne internationale des « Villes en transitions » par Rob Hopkins, le fondateur du mouvement.
Du potager de la mairie qui alimente la cantine scolaire bio, au radis (la monnaie locale) en passant par les éco-constructions isolées avec de la paille locale… tout est conçu pour faire germer d’heureuses petites graines écologiques que l’on prend plaisir à voir éclore en sachant qu’elles porteront leurs fruits pour les générations futures. Résultat : les actions et les associations se multiplient, tout le monde se connaît et s’entraide, se sourit.
Après le documentaire, évidement, questions et remarques fusent :« C’est donc possible ça ? », « Ils ont l’air heureux », « Comment fait-on pour faire comme eux ? » Marie-Monique Robin, aussi passionnante quand elle raconte ce qu’elle a vécu que lorsqu’elle crée des reportages, ne se lasse pas d’échanger avec son public. Alors on repart avec le sourire et l’enthousiasme de ceux qui ont des projets. En se disant que oui, c’est possible, il faut juste le faire, ensemble.

Les nouvelles du jardin des Biocoopains

Samedi 16 avril, on s’est retrouvé une seconde fois pour attaquer les plantations que l’on peut égrener ainsi :

  • Plantation d’iris au pied de la cabane et d’un cotonéaster venu du jardin d’une biocoopine,
  • Déplacement des giroflées et d’asters au pied de 3 arbres ,
  • Puis au pied des 2 arbres de l’entrée du magasin, on a planté des primevères et coquelourdes (ou lychnis) apportées par une biocoopine : l’idée étant d’égayer avec des couleurs printanières avec les premières et estivales avec les secondes.
  • On a retiré avec nos petits bras les gros tuteurs de tous les arbres qui n’avaient plus d’utilité (en 5 ans, les arbres ont bien fortifié). D’ailleurs les tuteurs sont à disposition soit pour l’atelier hôtel à insectes soit pour autre chose à définir ensemble,
  • Dans le bac « Pouillot », semis de graines de fèves et d’haricots nains et radis : reste à pailler si le gel revient. Une cliente nous fait remarquer qu’on est en lune montante…fallait pas ?
  • Dans le bac « Sitelle Torchepot » des plants de blettes vont prendre racine près des fraisiers. Ces blettes viennent du jardin d’un biocoopain également. En bêchant, on y a encore retiré un bon kilo de patates qu’on a offert à la mendiante du magasin.
  • Message pour la prochaine tonte : laisser des zones en jachère (ne tondre que les abords) pour que la biodiversité s’exprime ; les abeilles seraient ravies d’avoir quelques fleurs à butiner par exemple, juste en bas de leur immeuble « eh, Manu tu descends ? bah pour quoi faire ?… ».
  • Pour la prochaine fois, on se retrouvera le samedi 7 mai 2016 (à confirmer, surveiller le panneau des biocoopains à l’entrée du magasin) pour planter courges et tomates si c’est possible (hum… les saints de glace, c’est vers le 10-11 mai hein !), bêcher les asters dans Troglodyte pour favoriser framboisiers et fraisiers, pailler les semis de Pouillot et déplacer le chrysanthème vers le pied d’un arbre.

La journée des Biotonomes

Image-Insta_large

Journée d’action militante placée sous le signe du commerce équitable, local et de proximité.

Rendez-vous sur la Place Saint Maclou
à Mantes-la-Jolie de 10h à 18h

Qu’est ce qu’un biotonome ?

Un biotonome est une personne qui essaie de vivre mieux avec moins, de consommer juste, de faire lui/elle-même, d’être éco-responsable ; on peut aussi dire qu’il ou elle est éco-acteur/actrice de sa vie, parfois implique(é) dans le secteur associatif. Local, bio, recyclage, collaboration, créativité, échange et convivialité, voilà ce que privilégient les biotonomes.
La journée des Biotonomes est une opération nationale que chaque magasin Biocoop s’approprie grâce à différentes animations ou partenariats avec des producteurs et/ou associations locales spécifiques à sa région ou ville.
A travers cette manifestation, la Biocoop du Mantois souhaite présenter aux Mantais l’esprit Biocoop en vue de l’ouverture prochaine de son magasin situé au 2 rue d’Alsace à Mantes-la-Jolie.

 

Le programme

A Mantes-la-Jolie samedi 21 mai, la « Biotonome zone » sera un espace ouvert et convivial, où l’on trouvera :

Chez les Biocoopains

Avelosmoothieweb2016LE VELO-SMOOTHIE :
L’idée est de pédaler en mixant son smoothie, et peut être repartir, pour les chanceux, avec un cadeau éco-responsable : un bocal réutilisable qui sera rempli avec un produit du rayon « vrac » du magasin.

TROC ASTUCE :
Chacun pourra venir échanger ses astuces pour faire des économies ou consommer plus éco-responsable.

Du côté des associations locales

LE MANTOIS EN TRANSITION
L’association construira sur le stand un potager surélevé afin d’expliquer comment jardiner avec peu de place.
Elle animera également un atelier de création à partir d’objets de récupérations.

 

Jardinier de FranceLES JARDINIERS DE FRANCE
Etre biotonome, c’est aussi produire soi-même ses fruits et légumes. Même si vous n’avez que quelques herbes sur le balcon les petits conseils des jardiniers de France peuvent faire la différence.

 

 

 

Du côté des invités

L’ATELIER VOLANT
Apportez vos vélos pour les faire réparer ou encore les faire customiser. Mécano pour cycles itinérant, Philippe Pasquiou se déplace avec son cargo vélo sur le stand des Biotonomes
(seule prestation payante de la journée).

LE FOURNIL DE LA COURONNE DES PRES
Daniel, installé dans les locaux de la Biocoop d’Epône, fournira en pains bio la Biocoop de Mantes-la-Jolie. Il expliquera, par exemple, pourquoi il pétrit le pain à la main et comment il choisit ses farines
(présent sur le stand l’après-midi).

LA FEE POUR VOUS
Virginie Marsault est une pro des produits ménager écolo « à faire soi-même ». Petits conseils et démonstrations seront à l’ordre du jour. Apportez un petit récipient et repartez avec l’une de ses créations pour nettoyer la maison ainsi, bien sûr, que sa recette.
(présente sur le stand le matin).

L’alimentation est un enjeu global, qui repose sur des solutions locales.

La question de la rémunération des agriculteurs, en plein coeur de l’actualité, met en lumière la grande précarité de certains producteurs et le rôle de la grande distribution.
Manger bio et local, c’est diminuer l’empreinte écologique des produits : moins de transport, c’est moins d’émissions de gaz à effet de serre, mais c’est aussi aider les producteurs bio de la région, leur assurer une rémunération directe et ainsi favoriser une démarche de commerce solidaire Nord-Nord.
Manger des produits biologiques locaux permet également de faciliter les échanges avec les producteurs, de les croiser au détour d’un rayon … À exploitation équivalente, l’agriculture bio emploie 30 % de main d’oeuvre en plus, payée à sa juste rémunération.
Cela a un impact positif direct sur l’économie locale en zones rurales. (Source : Agence Bio, 2010)
A plus long terme, c’est valoriser, sur notre territoire, une agriculture paysanne respectueuse du vivant …

Pour toute information supplémentaire, rendez-vous sur www.biotonome.fr

A propos de Biocoop*
Leader de la distribution alimentaire biologique spécialisée en France depuis 30 ans, Biocoop s’illustre également par ses produits du commerce équitable et par un choix très étendu d’écoproduits et de cosmétiques. Ce modèle coopératif multi professionnel regroupe 383 magasins et 2 000 producteurs partenaires. Précurseur et moteur, Biocoop revendique « l’agriculture biologique pour tous » et inscrit sa démarche au coeur d’une charte appliquée par l’ensemble des acteurs du réseau.
Biocoop comprend également 3 filiales : STB (Société de Transport Biocoop) ; Biocoop Restauration et DEFIBIO qui accompagne financièrement ses partenaires professionnels (producteurs, transformateurs, magasins).
Les chiffres clés Biocoop 2015 : 32 600 tonnes de fruits et légumes vendus (soit 10 % du volume national tous circuits confondus), 0% de transport par avion, 24% de part de commerce équitable et un CA de 768 millions d’euros soit une croissance de 16,9% de son activité.
*Chiffres au 31 décembre 2015
Suivez l’actualité du réseau sur
www.biocoop.fr /Facebook Biocoop du Mantois et avec le hashtag #biotonome