Être consom’acteur selon Les Biocoopains : l’avis de Claire-Marie

Classé dans : Nos témoignages | 2

Et si on continuait sur avec nos portraits de Biocoopains actifs ? En l’occurrence, c’est une Biocoopine, Claire-Marie qui nous offre aujourd’hui sa vision de la consom’action et qui nous explique ce que signifie, pour elle, être « Biocoopains ».

Qu’est ce qui me porte?

Et bien, c’est ma prise de conscience de l’état de notre monde: les conneries que l’humanité a déjà à son actif + celles en cours. Cela fait une sacrée addition et bien salée !

Et puis c’est aussi ma conscience : ayant connaissance de cette terrible addition, impossible pour moi de continuer à aller dans le même sens. Alors j’ai changé de direction, de mode de vie, il y a déjà de nombreuses années, même si les germes de ce changement étaient déjà en moi depuis toujours.

Ce changement s’est fait à contre sens du courant dominant, donnant lieu à des moqueries, remises en cause de la part de l’entourage, discussions plus ou moins bienveillantes, dénigrement, etc…

Actuellement il est beaucoup plus facile d’aborder ces sujets de consom’action, d’environnement et d’éthique, tant mieux. Nombreux sont ceux qui disent maintenant « bravo pour ce que vous faites » ! Il est temps ?

A ceux qui demandent comment faire…

… je réponds souvent : « Lorsqu’on ne regarde pas la télévision ou les écrans toute la journée, on garde son libre arbitre. Alors qu’en ayant constamment la tête occupée par un discours extérieur, le cerveau est comme anesthésié« .

S’informer sur les constats environnementaux (état des lieux), s’informer sur les acteurs de la transition (solutions), s’informer sur les acteurs de son territoire (du concret) : 3 moyens d’avancer pour s’y mettre vraiment.

Un exemple plutôt emblématique : si je consomme de l’électricité nucléaire (la majorité de la production française), je produis chaque jour des déchets nucléaires. Je constate que, malgré les promesses des débuts du nucléaire, nous ne savons toujours pas quoi faire de ces déchets. Sans mauvais jeu de mot, ils sont une bombe à retardement . Je m’informe donc d’une alternative qui m’évitera de participer à ce désastre et je change de fournisseur d’électricité.

Être consom’acteur cela peut être aussi simple que cela. Et en plus, étant Biocoopine, je peux en parler facilement autour de moi et faire circuler ce genre d’information notamment lors de nos évènements comme notre atelier couture de février 2020 ou encore à notre communauté qui nous suit sur le web (site, blog, réseaux sociaux et Biocoop).

Agir ainsi, c’est déjà agir, donc ne pas être témoin passif.

Et, mettre mes actes en cohérence avec ma conscience est un vigoureux moteur personnel. Soyons créatifs, faisons converger les consciences sur notre bonne vieille Terre.

Et donc, pourquoi être Biocoopine?

Parce qu’ensemble les débats font avancer individuellement et collectivement, parce qu’ensemble on construit plus intelligemment, parce qu’ensemble la voix porte mieux et plus loin, parce qu’ensemble les liens d’amitié nourrissent, et enfin pour montrer que cela est possible.

Claire-Marie B.

2 Responses

  1. jacques Bourdon

    Superbe , sensé, intelligent, bref du « Claire-Marie « tout craché. Quelle chance nous avons de connaître une si belle personne !

  2. Florence

    chouette Claire Marie ta cohérence pensée parole action 🙂, en tout cas de tendre vers le plus possible !
    des bises de la Drôme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *